En coulisses avec Nathalie

En coulisses avec nous ? Aurélie vous livre quelques détails sur sa rencontre avec Nathalie Jourdain.

Les aléas de l’hiver

Ah les joies de l’hiver, les maladies, la neige !!! Enregistrer cet épisode a nécessité une belle dose d’adaptation de la part de Nathalie, que nous remercions, et une conciliation travail-famille disons typique de l’hiver et de ses microbes.

D’abord contactée par Clémentine, je prends le relais pour rencontrer Nathalie mais dois déplacer l’enregistrement pour cause de gastro familiale. Après une semaine faible en sommeil, me voici donc un vendredi matin sur la route (recouverte de neige) vers Coeur de Loup, la boutique de Nathalie. La tasse de café de Clémentine m’accompagne (j’avais un gros besoin d’énergie pour que mes yeux se décollent 😉 ) … cette entrevue est un vrai travail d’équipe (faut signaler que ma fille est chez Clémentine pendant que je suis avec Nathalie … team work !! ).

boutique 2

 

Sortir de sa zone de confort

Je vous avoue que mon rapport à la mode est, disons …. fonctionnel. Je mets des habits en gros pour ne pas être nue !!! J’apprécie les photos de mode mais je n’accorde aucun temps à magasiner ou m’habiller. Mon seul critère : faut pas que ça gratte !!

Je me sentais donc bien loin de ma zone de confort en entrant dans la boutique de Nathalie mais un je-ne-sais-quoi m’attirait et j’avais envie de voir où cette rencontre allait m’amener.

Des mots qui résonnent encore

Cela fait maintenant 3 semaines que j’ai rencontré Nathalie et je pense encore à notre échange. Le lieu était peut-être loin de ma zone de confort mais le contenu était en plein dedans 😉

Nathalie a le tour d’utiliser des mots simples et percutants. Je me suis beaucoup retrouvée dans ce qu’elle a dit. C’est un drôle de sentiment d’ailleurs car ce podcast on le fait certes pour nous mais surtout pour vous. Et je ressors de cet échange avec Nathalie en ayant l’impression d’être plus auditrice du podcast qu’animatrice.

J’aime tellement cela travailler que je suis mieux de le faire pour moi.

Lorsque Nathalie a dit ces mots, j’ai réalisé à quel point j’aime travailler, j’aime produire des choses, voir des projets avancer (c’est peut-être pour cela que j’aime tant cuisiner). Et si une des raisons pour laquelle j’avais quitté mon emploi  »classique » n’était pas seulement ma situation familiale ?

Je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’être travailleur autonome pour trouver cet équilibre. Par exemple lorsque j’écoute Élise Rousseau nous parler de son lien au travail, je pense qu’elle a trouvé un système qui fonctionne pour elle. Un système où son amour du travail est possible au sein d’une entreprise car tant l’entreprise que ses accomplissements professionnels ont du sens pour Élise. On y revient encore : le sens.

Par ces mots Nathalie nous montre aussi que le problème ce n’est pas le travail. On peut travailler 50h/ semaine si c’est notre choix. Si cela fait du sens pour nous. Si cela nous permet de vivre en harmonie avec nos valeurs. On pourrait parfois avoir l’impression que de mettre du sens dans son quotidien c’est travailler moins. Quand j’entends Nathalie je me dis que c’est TRAVAILLER MIEUX. Peu importe le nombre d’heures, l’équilibre est personnel. Il y a bien un adage qui dit ce n’est pas la quantité qui compte c’est la qualité.

Cette phrase m’a beaucoup fait penser au mouvement slowliving. Il peut souvent être perçu comme un ralentissement généralisé de notre rythme de vie. Et si c’était un ralentissement des tempêtes dans notre cerveau ? En faisant des choix qui ont du sens pour nous (et cela peut être travailler beaucoup) ne vivrait-on pas une vie plus lente car chaque instant serait vécu pleinement ?

Nathalie et Aurelie

Un petit séisme dans ma tête

Je ne pouvais pas finir ces coulisses sans reparler de cette phrase qui tourne encore en boucle dans ma tête :

J’ai donc ben perdu des années à ne pas m’aimer.

A chaque fois que j’écris ces mots j’oscille entre pleurer et sourire. Qu’est ce qui fait que l’on tant de mal à prendre soin de soi ? À s’accepter ? On prend soin des gens que l’on aime, on les protège, on est honnête avec eux, on les écoute. Pourquoi a-t-on tant de mal à faire cela avec soi-même ?

Je ne sais pas si un jour je trouverai la réponse à ces questions. Mais ces mots de Nathalie qui sont sortis à un moment où je ne m’y attendais vraiment pas vont m’accompagner longtemps.

Ce n’est pas facile de penser à soi. On a peur d’être égoïste. Mais plus je vieillis et plus je me dis qu’il est important de prendre soin de soi. Pour ne pas se perdre. Pour continuer à se connaître.

Est-ce qu’avant de chercher à définir nos valeurs, à trouver un équilibre, plus de sens dans notre vie, on ne devrait pas commencer par s’aimer ?

Et comment aimer correctement les autres si l’on ne s’aime pas ?

Et vous que pensez-vous des mots de Nathalie ?

Je n’aime pas forcément les résolutions de début d’année mais j’aime l’idée qu’une nouvelle année offre une nouvelle page. Je vais donc inscrire cette phrase en haut du chapitre 2018. Et vous qu’inscrirez-vous en haut de 2018 ?

Et pour finir sur une note musicale je vous laisse avec la vidéo de Philippe Lafontaine qui, elle aussi, ne cesse de tourner dans ma tête depuis 3 semaines 🙂 Bonne fin d’année.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s